Pour anticiper les transformations du monde du travail, la campagne de Benoît Hamon met en avant le Revenu Universel d’Existence. Nous vous proposons une sélection d’oeuvres, de séries, de débats et d’articles tous susceptibles d’enrichir la réflexion sur l’avenir de l’emploi, et de fertiliser notre imaginaire pour dépasser la vision traditionnelle du travail.


AU BAL DES ACTIFS : DEMAIN, LE TRAVAIL est un livre collectif réunissant Stéphane Beauverger, Karim Berrouka, Alain Damasio, Emmanuel Delporte, Catherine Dufour, Léo Henry, L.L. Kloetzer, Li-Cam, luvan, Norbert Merjagnan, Ketty Steward et David Calvo. Douze nouvelles par douze auteurs engagés et reconnus. Parmi eux, les plus grands noms de la S-F francophone. Le tout serti d’une postface signée Sophie Hiet, scénariste de la série au titre évocateur Trepalium qui clôt le recueil en une brillante synthèse entremêlant les thématiques explorées aux théories économiques et sociales actuelles.

Entre disparition et retour au plein-emploi, les écrivains de science-fiction prennent parti. On présageait des utopies positives ; il en émerge des bribes, çà et là. Même si ce sont des textes résolument féroces, sombres parfois, indignés toujours, qui nous percutent de plein fouet. Dîner aux chandelles sur les ruines de la Commune de Paris.; burn out d’un écrivain face aux lois du marché.; jugement constant des uns par les autres sur un faux air de Black Mirror.; uberisation XXL dévorant l’énergie vitale de jeunes actifs sur-diplômés.; trader SDF.; coach à la dérive.; intelligences artificielles séditieuses.; révoltes sociales dans un centre de tri de cercueils…

Telle est l’admirable fête du Bal des Actifs, ce marché furieux où chacun se vend, se donne, se perd ou se vole, cette sarabande au bord du gouffre qu’est notre présent.


TREPALIUM est une série de Sophie Hiet et Antarès Bassis diffusée sur Arte en 2016. Dans un futur proche, au sein une société dans laquelle 80.% de la population est sans emploi, une jeune femme, Izia, tente de survivre. Elle est née dans “la Zone”, du mauvais côté du Mur qui a été dressé pour séparer les Zonards des 20.% d’Actifs de la Ville. Aquaville, une firme qui contrôle l’eau potable, est l’unique employeur de cette élite qui n’existe socialement que par le travail.

Au fil du temps, les tensions se sont accentuées entre les deux territoires : une rébellion est née parmi certains chômeurs. Les Activistes multiplient les actes de sabotage et de pression et l’équilibre entre la Ville et la Zone se fragilise. Le Gouvernement décide alors de mettre en place la mesure des “Emplois Solidaires” pour calmer la situation : 10.000 habitants de la Zone vont être sélectionnés pour travailler dans la Ville.


3.% est une série de Pedro Aguilera diffusée par Netflix en 2016. Elle nous plonge dans une société dystopique divisée en deux : d’un côté les riches (3.% de la population) et de l’autre les pauvres. Pour pouvoir accéder à la plus haute strate, les participants n’auront le droit qu’à une seule chance et se départageront autour d’épreuves lors du Processus. Mais seulement 3.% d’entre eux arriveront au bout.

“On n’est pas si loin de notre propre monde” estime Vice “où la compétition pour intégrer une bonne école et décrocher un bon job pousse nombre de jeunes gens à se faire beaucoup de mal. Dans 3.%, comme dans notre monde, la société méprise ceux qui ne réussissent pas et beaucoup de gens sont convaincus qu’ils ont mérité leur vie d’angoisse et de souffrance au bas de l’échelle sociale..[…] John Steinbeck affirmait que le socialisme ne prendrait jamais racine en Amérique car les pauvres se voient comme des millionnaires temporairement fauchés. 3.%..à l’instar de Black Mirror.– vise juste car si tout cela semble bizarre et lointain de prime abord, à mesure que la série progresse et dévoile ses mystères, le spectateur réalise que nous faisons déjà tous partie du Processus”.


BLACK MIRROR est une série britannique de Charlie Brooker diffusée par Netflix depuis 2011 qui présente plusieurs dystopies liées aux technologies et notamment aux écrans, ces “miroirs noirs” qui reflètent nos vies. Toutes les saisons se déroulent dans le futur, qu’il soit dans dix minutes ou plusieurs décennies. Pas besoin de suivre la série dans son intégralité pour picorer un épisode aléatoire, puisque les épisodes sont indépendants. A chacun son scénario, sa temporalité et son univers.

Ici, un monde où les plus riches se font implanter une puce qui permet de stocker ses souvenirs pour se les remémorer à l’envi. Là, une femme fait le deuil de son mari en recréant un avatar virtuel à partir des traces numériques qu’il a laissé de son vivant. Ou encore, une époque dans laquelle chaque humain est noté par les autres via une application, avis dont dépendent l’accès au logement, aux transports et même au travail. Des histoires probables d’un futur à venir, tissé de notre addiction aux nouvelles technologies.


NOBODY est une pièce de théâtre de Cyril Teste et du Collectif MXM créé en 2015 et toujours en représentation. Dans un open.space aseptisé et blafard rempli de costards et de tailleurs, derrière une longue paroi de verre, une vie de bureau d’apparence classique que l’on suit à travers les yeux et la voix-off de Jean Personne, consultant en restructuration d’entreprise. Indices de performance et de productivité à l’appui, les employés évaluent les salariés à “restructurer” avec beaucoup de zèle et au prix de leur libre pensée, pour eux-mêmes échapper au couperet.

Critique directe et frontale du management moderne, la pièce dévoile un monde du travail agressif, où l’employé prédateur est aussi la proie du système. Poussé à son paroxysme, cette violence psychologique paraît irréelle. Entre deux éléments de novlangue managériale, on se demande si le monde du travail ressemblera à l’avenir à cet enfer déshumanisé. Mais surtout, on a peur d’imaginer à quel point il lui ressemble déjà.


LE REVENU DE BASE, UNE IDEE QUI POURRAIT CHANGER VOS VIES est un livre paru en janvier 2017 co-écrit par l’ingénieure agronome Clémentine Lebon et son père Olivier Le Naire, journaliste et essayiste. Sorte de B.A..BA du revenu de base, ce guide rassemble des éléments de réponses aux interrogations les plus courantes. Pourquoi ce concept est-il défendu à la fois par les libéraux et les altermondialistes.? Comment est-il possible de le financer.? A-t-il déjà été expérimenté sérieusement quelque part.?

Une boîte à outils conceptuelle pour mieux comprendre le revenu de base dans sa complexité et, comme les auteurs l’expliquent, rappeler que le revenu universel n’est “ni un gadget de marketing politique, ni une proposition irréaliste, mais bien un sujet de débat à même de nous aider à réfléchir vraiment au monde que nous voulons et aux valeurs que nous voulons défendre”. Parfait pour se faire son opinion sur la question.


POUR ALLER PLUS LOIN
– BastaMag propose une sélection d’articles de presse sur le revenu universel.
– France Culture réalise une série d’émissions Culture Monde sur le revenu universel à travers le monde, notamment en Inde, en Iran, au Brésil et en Finlande. Autre podcast.: La Série Documentaire (LSD) décortique le mythe de la fin du salariat.

Crédits photos : Thomas Hawk via Flickr /Stéphanie Aparicio, La Volte / Jean-Claude Lother, Arte / Netflix / David Dettmann, Netflix / Collectif MXM / David Dellas, Actes Sud.


A découvrir sur Expressions